/fr/2016/1/19

Colloque « Internet est un cheval de Troie : La littérature, du web au livre »

Éditer l'article

Maison international des langues et de la culture
Université Jean Moulin Lyon 3
10 et 11 mars 2016
Organisateur : Gilles Bonnet/Équipe Marge


« Ce colloque ne se propose donc pas seulement d’explorer les représentations du Web dans les œuvres littéraires contemporaines – qui bien entendu enregistrent son omniprésence dans la société et notre quotidien – mais bien plutôt de tenter d’identifier et d’interroger les phénomènes de contamination de la production de l’extrême contemporain, en particulier narrative, qui pour autant continue de se proposer sous la forme de livres, par une poétique issue, au moins en partie, de l’œuvre numérique et des pratiques neuves d’écriture et de lecture qui en découlent. Stratégies d’écriture et d’édition se croisent peut-être, à un moment où chacun tente de discerner les modalités d’une mutation en cours. »

Communication de Marcello Vitali-Rosati
Le papier est numérique, les ordinateurs sont en papier
Qu'est-ce que la littérature électronique? se demandait en 2007 Katherine Hayles. Peut-on donner une définition de ce que l'on entend avec l'expression "littérature électronique"?
À cette question s'en ajoute aujourd'hui une autre : qu'est-ce que la littérature "numérique"? Y a-t-il une différence ou un rapport entre l'électronique et le numérique? Le mot "numérique" est désormais omniprésent dans nos usages et cet adjectif semble, depuis quelques années, avoir remplacé le premier.
La thèse que je veux démontrer dans mon intervention est que ce changement d'adjectif cache un changement du statut théorique de l'objet que l'on essaie de définir. Il y a encore quelques années, la définition de la littérature électronique était axée sur les outils utilisés pour produire les œuvres littéraires et les analyses critiques se concentraient alors sur des objets produits avec de nouvelles technologies. Le passage à l'adjectif "numérique" détermine un changement de perception : désormais, on se réfère davantage à un phénomène culturel qu'aux outils technologiques et, dans cette perspective, l'enjeu n'est plus d'étudier les œuvres littéraires produites grâce à l'informatique, mais de comprendre le nouveau statut de la littérature à l'époque du numérique.
Dans ce sens, aussi des oeuvres non numériques, publiés sur papier de faon très "traditionnelle" peuvent avoir des caractéristiques numériques. Pour démontrer cette thèse, j'analyserai dans mon intervention un exemple littéraire récent : la trilogie 1984 d'Éric Plamondon.

Communication d'Élisabeth Routhier et de Jean-François Thériault
[...]

Connexion