/fr/Activites/Evenements/2019/3/26

Septième séance séminaire Éditorialisation et écritures numériques — Laurence Allard et Peppe Cavallari

Éditer l'article

Mercredi 15 mai
MESHS Lille, 15h
Université de Montréal, Salle C-8132, 9h

https://www.youtube.com/watch?v=M1-sLKq5BKc.

La septième séance du séminaire "Éditorialisation et écritures numériques" accueillera Laurence Allard et Peppe Cavallari.

Laurence Allard (Université de Lille et IRCAV, Sorbonne Nouvelle)

Refaire un "internet maison"?

A l’heure où la connexion à Internet s'effectue désormais en France et ailleurs d'abord via les réseaux téléphoniques mobiles; à l 'heure où l'on nous promets grâce à la 5G une connexion de toute chose sans latence, dans un contexte environnemental critique, nous décrirons des initiatives qui visent à encapaciter les usagers en matière de captation de leur environnement (pollution, énergie). Ces initiatives ont pour politique d'une part, de favoriser la fabrication par soi-même et avec d'autres dans le cadre d'espaces physiques tels que les fablabs et les tiers-lieux de dispositifs low-tech et d'autre part, de déployer des régimes de connexion différenciés soucieux de la privacy (chiffrement, stockage en "fog"....). C'est donc une ré-architecturation de l'internet des objets au profit d'objets connectés DIY environnementaux qu'il s'agira de mettre en avant dans le cadre de cette réflexion entre espace et numérique.

Peppe Cavallari

Témoins de présence et constat d'activité : les décalages du temps (ir)réel

Au sens de l'expérience que nous en faisons via les outils, la temporalité de l'être en ligne est scandée par une panoplie de signes et des signaux (témoins de présence, constat d'activité, notification de l'envoi, de la réception et de la lecture d'un message donné) qui dans leur ensemble produisent le sentiment du temps qu'on qualifie de "réel" parce qu'il est en commun aux participants. Cependant, le temps soi-disant réel produit par les sous-jacents protocoles de présence, apparaît plutôt comme une hybridation décalée d'effets de synchronie et différé, de direct et d'enregistrement qui dans leur ensemble structurent un état d'âme qui semble être propre aux formes de la temporalité numérique, c'est-à-dire l'attente. Cette attente dans notre présentation, sera questionnée comme étant la temporalisation de la distance que la technologie de la communication crée tout en cherchant de la pallier.

Connexion