/fr/Activites/Publications/1990/1/1

Jean-Marc Larrue, « “Bousille et les justes” », Jeu, 1990, p. 152‑154.

Éditer l'article

C'est le 17août 1959, soit plus de onze ans après la première de Tit-Coq et moins d'un mois avant la mort de Duplessis, qu'était créé le deuxième drame de Gratien Gélinas, Bousille et les Justes. La critique, quoique favorable, ne fut pas unanime. Elle reprocha à l'oeuvre de s'éterniser, de maltraiter gratuitement la religion et la famille, de sombrer parfois dans la grossièreté et la vulgarité. En dépit de ces réserves, la pièce obtint un succès considérable, plus retentissant encore que celui de Tit-Coq. [...]

Connexion