Éditer le chapeau

Nous vivons désormais dans un espace numérique. Cet espace est fait d'écriture. Nos identités sont de l'écriture - profils, entrées dans des bases de données, lignes de codes -, nos actions sont de l'écriture - à partir des clics jusqu'à l'achat d'un livre ou à la planification d'un voyage -, les objets qui nous entourent sont faits d'écriture. La Chaire de recherche du Canada sur les Écritures numériques a pour objectif de proposer une nouvelle lecture et une nouvelle compréhension de cette écriture qui fait désormais notre monde. Sur ce site vous trouverez l'ensemble des projets menés par Marcello Vitali-Rosati et son équipe, les publications des membres de la Chaire et la description de tous les concepts théoriques mobilisés pour nos recherches.

/fr

Publications

Ajouter un article

Peppe Cavallari, « Le Phonopostale et les sonorines : un échec riche d’idées », Cahier Louis-Lumière, 2016, p. 77‑86.

En réfléchissant sur un échec technologique retentissant comme celui du Phonopostale et de ses jolies sonorines, on peut s’interroger sur la relation qui, inévitablement, lie la conception d’un médium à ses usages ainsi qu’aux tendances théoriques et idéologiques prédominantes à une époque donnée. Au tournant d’une évolution socio-technologique qui, au début du siècle dernière, semblait aller vers l’oralisation simultanée, voire téléphonique, de la communication à distance, le Phonopostale constitue un objet étrange et perturbant, qui arrive en retard tout étant en avance sur le futur de support d’enregistrement et de communication. Les idées implicites dans ce dispositif posent des questions très anciennes et des questions nouvelles, dont l’intérêt devient encore plus évident à l’ère du numérique. Certaines application aujourd’hui très populaires exploitent le même principe du Phonopostale tout en les intégrant au téléphone, avec lequel le Phonopostale essayait de rivaliser. Cependant, cet échec technologique, prémonitoire et prématuré, nous démontre, comme le fait par ailleurs le développement de l’ergonomie de nos téléphones portables (qui aujourd’hui sont moins des moyens pour nous faire parler que des instrument d’écriture et d’enregistrement), qu’aucune perspective téléologie ne peut anticiper ce que sera la principale des voies de développement technologique arpentée par la communauté des usagers.

Conférence de Clarisse Bardiot

Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx, Salle C-3061
Lundi, 20 février 2017, 16h
Conférence enregistrée

Table ronde : Post-vérité et Autorité

Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx, Salle C-3061
Mercredi 8 février, 16h30
Table ronde enregistrée

Ethical issues in Internet communication

Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx, Salle C-3061
Mardi, 7 février, 16h30
Conférence enregistrée

Troisième séance séminaire Écritures Numériques et Éditorialisation - De la bibliothèque au web et réciproquement

Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx - Salle C-8041
11h30 - 13h30 - 19 janvier 2017
Séance enregistrée

Marcello Vitali-Rosati, « Éditorialisation », in Gilles Rouet, (éd.). 100 notions. Management et numérique, éd. Gilles Rouet, Paris, Les éditions de l’immatériel, 2017, (« 100 notions »), p. 102‑104.

L'éditorialisation désigne l'ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l'espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier.

Enrico Agostini Marchese, « Montréal dans la littérature numérique contemporaine. Ville, flâneries et dérives », Interfaces Brasil/Canadá, Revista Brasileira de Estudos Canadenses, vol. 17 / 3, 2017, p. 50‑60.

Qu’est-ce que la représentation d’une ville ? À travers une analyse des ouvrages du philosophe français Henri Lefebvre sur la production de l’espace et du sociologue américain Kevin Lynch sur la construction de l’image de la ville, nous essayerons d’appliquer leurs réflexions au projet collaboratif Dérives, chantier littéraire numérique mené par des écrivaines et écrivains montréalais. De cette façon, nous nous interrogerons sur la façon dont la littérature et le numérique modifient la construction de l’image de la ville de Montréal.

Connexion