Peppe Cavallari

Éditer le chapeau

Peppe cavallari est docteur en Philosophie et en Sciences de l'information et de la communication à l'Université de Technologie de Compiègne-Sorbonne Université et en littérature comparée, option études intermédiales à l'Université de Montréal.

Actuellement, il est post-doctorant en Humanités numériques au CRIHN et chez HUMA-NUM, sous la supervision de Pierre Lévy et Michael Sinatra, dans le cadre d'un projet sur l’indexation des métadonnées de ISIDORE, en partenariat avec Open Edition et Erudit. Ses recherches portent sur la médiatisation de la présence dans les applications de messagerie instantanée, les plateformes contributives culturelles et les réseaux-sociaux. Il est enseignant titulaire en culture numérique à l'ESIN, à Paris, tandis qu'en tant que chargé de cours il enseigne à l'Université de technologie de Compiègne et au Collège universitaire de Sciences Po, à Paris. Pendant les années d'enseignement à Hétic (de 2012 à 2021), il a été responsable scientifique et animateur du séminaire de culture numérique Un verre derrière l'écran ( http://uvde.fr/ ) dont le CRIHN et la Chaire étaient partenaires, avec la Gaîté Lyrique et Sens Public.

/fr/Equipe/Peppe-Cavallari

Publications

Ajouter un articleEDIT

Stylo

Éditeur de texte WYSIWYM pour les sciences humaines, Stylo est conçu pour changer l’ensemble de la chaîne éditoriale numérique des revues savantes en Sciences Humaines. Le projet est réalisé en partenariat avec Érudit.

EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT

Marcello Vitali-Rosati et Peppe Cavallari, « Mouvement et cristallisations : l’actuel entre mythologie, cinéma et théorie du web », Cahiers Sens public, 2018, p. 33‑54.

Le rapport entre actuel et virtuel a été très problématisé dans l’ensemble de l’histoire de la pensée occidentale. À partir de la critique nietzschéenne de l’essentialisme, l’idée aristotélicienne de la primauté ontologique de l’acte (entelecheia) sur la puissance (dunamis) a été profondément mise en question : il n’y aurait pas d’essence, il n’y aurait que des actions. Ainsi, le mouvement, les dynamiques, le processus, auraient une priorité sur leur actualisation en essences qui ne serait qu’un contrecoup de la puissance. Cette structure de priorité de la dynamique sur l’actualité semble s’adapter particulièrement aux environnements numériques, toujours en mouvement. Pourtant, l’économie des notifications toujours plus nombreuses, ainsi que la permanence et l’enregistrement par défaut de tous nos actes, se révèle indispensable aux fins de la production du mouvement – qui serait en réalité fondé sur l’immobilité. Dans cet article, nous allons revenir sur le rapport entre actuel et virtuel pour souligner l’importance du concept d’actuel.

EDIT EDIT

Connexion