Éditer le chapeau

A
D
Y
V
S
N
E
M
X
Z
Z
U
T
L
U
D
E
R
V
U
F
O
F
M
R
J
U
H
U
M
A
N
I
E
É
S
N
U
M
E
G
V
C
L
E
Z
Q
W
Z
-
N
U
M
É
R
I
Q
U
E
S
E
S
E
Y
É
c
r
i
t
u
r
e
s
8
9
0
)
K
B
F
N
u
m
é
r
i
q
u
e
s
8
9
Z
Q
Z
Q
S
D
F
G
H
J
K
L
M
%
A
D
Y
V
S
N
E
M
X
Z
Z
U
P
X
T
J
U
Q
P
X
T
J
U
Q
J
V
Q
N
G
G
M
H
O
F
P
B
T
L
S
C
H
A
I
R
E
B
M
J
S
C
M
M
D
S
V
U
M
-
R
E
C
H
E
R
C
H
E
X
Z
K
Y
B
Z
N
M
B
X
V
E
C
A
N
A
D
A
P
X
T
J
U
Q
P
X
T
J
U
Q
X
Z
E
J
B
S
B
N
B
Y
R
J
L
D
P

Prochains événements

/fr

Ajouter un article

Servanne Monjour, Matteo Treleani et Marcello Vitali-Rosati, « Ontologie du numérique. Entre mimésis et réalité », Sens Public, décembre 2017.

Ce dossier se conçoit comme un champ d’exploration des problématiques ontologiques du numérique, dans une perspective résolument interdisciplinaire, accueillant tout autant la philosophie, l’esthétique, les études littéraires, la sémiologie, la sociologie ou les sciences de l’information et de la communication. Des arts numériques à la littérature hypermédiatique, en passant par les webdocumentaires et les jeux vidéo, de nombreux domaines permettent en effet d’étudier ces dichotomies apparemment périlleuses entre représentation et réalité, réel et imaginaire, fiction et documentaire…

Marcello Vitali-Rosati, « The Writer is the Architect. Editorialization and the Production of Digital Space », Sens Public, décembre 2017.

We live primarily in a digital space. The structure of the territory first appears to us by means of the mediation of digital devices, ones predominately owned by large multinational corporations. This situation implies a huge risk – that of remaining passive while private companies organize and develop these spaces for us. How might we avoid this risk ? Is it possible, in the digital age, for us to be central to the production of the spaces in which we live ? How might literature constitute a tool for the production of the spatial imaginary that enables us to reappropriate the places and territories managed by the information industry ? This paper addesses these questions and attempts to show, on the basis of the theory of editorialization, how writing can be a way of producing the space in which we live.

Thomas Carrier-Lafleur, « La Littérature en marge du cinéma ou la négation cinématographique », in Jean Cléder, Frank Wagner, (éds.). Le cinéma de la littérature, éds. Jean Cléder et Frank Wagner, Lormont, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 2017, p. 93‑117.

Servanne Monjour, « L’écrivain de profil(s)... Facebook. Réflexion autour d'une photographie de profil de Victoria Welby », in David Martens. , Jean-Pierre Montier. , Anne Reverseau. L’écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 219‑228.

Opérant la distinction entre l’auteur littéraire et la fonction auteur à laquelle peut désormais prétendre n’importe quel usager de l’outil numérique, Étienne Candel et Gustavo Gomez-Mejia suggèrent qu’« au-delà de la compétence technique de l’auteur, la valeur littéraire relèverait en particulier des connotations attribuées au prestige d’une technologie ou d’une marque à laquelle il associe son nom. Dans ce cadre, l’œuvre littéraire apparaîtrait comme indissociable de la strate des discours tenus à son sujet comme production technique[ref.] ». En d’autres termes, afin d’affirmer la littérarité de son travail d’écriture numérique, l’auteur aurait tout intérêt à s’associer explicitement à la célèbre marque à la pomme plutôt qu’à une autre enseigne de moindre prestige. Car « ce n’est pas tant “lire” qui compte que “lire sur iPhone”, ni tant “écrire” que “écrire sous Java”2 ». Devant un tel constat, sans doute aussi regrettable que problématique (comment évaluer, notamment, ce critère de notoriété? Quelle en serait la pérennité?), notre attention sera immédiatement attirée par une annonce originale...

Connexion